Personne aujourd’hui ne remettrait en cause l’utilité des médias sociaux, surtout pas celle du premier d’entre eux :  Facebook. Vecteur de communication à part entière, nous avons la chance de pouvoir échanger et nous enrichir avec de plus en plus d’inconditionnels de notre marque. L’une de ces plus belles rencontres reste celle de Valéry Coquant, biographe mais surtout romancier de talent (Prix d’excellence 2004 Renaissance française). Le fait qu’il ne perde jamais une occasion de faire porter une Lip à ses personnages souvent haut en couleur, ne pouvait que nous conduire à faire une petite interview de cet auteur passionné pour en savoir plus sur lui et son œuvre.

Interview de l’écrivain passionné

Portrait de Valéry Coquant avec ses Lip aux poignets

Portrait de Valéry Coquant

LIP : Bonjour Valéry, pouvez-vous vous présenter ?
Valéry Coquant : Je suis né au milieu des années 1970, dans le Nord de la France. J’ai grandi dans une famille d’artisans et de commerçants qui m’ont inculqué le goût du travail bien fait. Ce goût, je m’efforce de le mettre en pratique dans tout ce que je fais. En particulier dans l’écriture. Je suis écrivain.

Si vous deviez décrire en quelques mots votre travail d’écriture, quels seraient-ils ?
Pour moi, un écrivain est d’abord un témoin de son temps. Il observe ses contemporains, il les écoute. Il les questionne. À partir de cette matière première complétée par ses propres expériences personnelles, il peut construire son univers, mettre en scène ses personnages. Je crois qu’il faut beaucoup aimer les gens pour se lancer dans ce genre d’exercice.
Il faut donc être humble, ouvert. Avoir une bonne dose d’humour, avec un zeste de fantaisie.
L’écriture est donc un acte sérieux, qu’il faut faire avec cœur, franchise… Sans trop se prendre la tête.

Vos héros font face à des choix comme dans « Tous les possibles ». Est-ce un aspect de l’existence et de notre société en général, qui vous intéresse particulièrement ?
Vous avez tout à fait raison, ce thème est un point essentiel dans mes créations. Choisir qui l’on veut être. Choisir la vie que l’on veut avoir, pour ensuite essayer de suivre son propre chemin.
Chacun de mes personnages est un être qui cherche sa place dans notre société. Il refuse d’être pris au piège d’un certain conformisme. Mes personnages cherchent à exister par eux-mêmes… Ils ne veulent pas être des moutons à qui on fait gober n’importe quoi. Ils veulent être des citoyens responsables de leurs actes.

« J’existe. Des cartes de visite en témoignent. Le regard des autres en fait foi. En attendant, le seul trophée que je me suis autorisé, est une montre Lip T 18. La même que Churchill. »

Extrait du roman « Hôtel de France »

Quels sont vos auteurs de référence aussi bien dans la littérature romanesque que philosophique ou poétique ?
Sans hésiter, je dirais Romain Gary ! C’est un homme qui toute sa vie, a lutté contre tous les « ismes » qui ont défiguré l’humanité : racisme, antisémitisme, colonialisme. Il nous a laissé des romans magnifiques qui, d’une certaine façon, continuent à porter sa parole humaniste.
Ensuite, j’apprécie beaucoup Simenon, son sens de l’observation, et son talent pour créer des atmosphères…
Dernièrement, dans un genre très différent, puisque cela touche la science fiction, j’ai découvert un nouvel auteur, un fou d’Histoire : Leytan Stavros. Ses romans témoignent d’une verve, et d’un sens de l‘intrigue bluffants.

Pourquoi avez-vous doté vos personnages de montres Lip ?
C’est sans doute une référence à un certain inconscient collectif… Celui où Lip est synonyme de qualité, d’efficacité et d’un certain raffinement. Le tout proposé à un tarif juste et abordable.
C’est aussi une façon de marquer une rupture par rapport à un certain état d’esprit qui laisse entendre que si on veut une belle montre, il faut se fournir à l’étranger. En France, on a le savoir-faire et les talents nécessaires. On a tout ce qu’il faut, la preuve…

Quel a été votre premier contact avec une Lip ?
Ce premier contact renvoie à l’enfance. Mon grand-père et mon père avaient chacun leur Lip. Celle qui m’a frappé est celle de mon père. Une Lip Genève Victory en or, sur bracelet croco bordeaux.

Malheureusement, ces deux montres ont disparu dans un cambriolage. Snifff !
Pour me consoler, je me suis procuré il y a peu, une Lip Dauphine carrée. Avec dateur. Elle est en parfait état de marche.

Quelle est votre Lip préférée ?
Oulala… C’est une question très délicate. Comme je suis un amateur d’Histoire, que j’aime les choses qui ont une âme et de l’élégance, je me retrouve parfaitement dans vos collections.
Pour faire simple, je suis un fan de la T 18. Pour moi, elle est LA Lip. Elle a une présence, son style est intemporel.
Mais je ne suis pas sectaire. Je suis aussi sensible aux charmes d’une Panoramic, sur bracelet milanais…

Clin d'oeil historique avec le Tour de France

Petit clin d’oeil au Tour de France où Lip était chronométreur officiel

Vous êtes souvent très actif sur nos pages Facebook à quel type de contenu êtes-vous le plus sensible ?
Vos pages Facebook permettent d échanger entre passionnés. Elles permettent de suivre en temps réel vos efforts pour développer la marque.
C’est donc avec plaisir que je les visite régulièrement. Et lorsque je peux partager une info ou une précision, je le fais volontiers.
Je suis aussi sensible au fait que grâce à ces pages, vous parvenez à établir un vrai dialogue entre votre équipe et nous, le public. Vous nous donnez l’impression d’être actifs, d’être partie prenante de vos efforts. Nous sommes plus que de simples clients.Grâce à cela, Lip n’est pas une icône figée et poussiéreuse. Lip n’est pas un fantôme du passé. C’est une marque qui s’appuie sur une formidable légitimité dans l’histoire horlogère, pour continuer de se projeter dans le présent.

Quels sont vos prochains projets ?
Je viens de sortir un petit ouvrage sobrement intitulé CHANGEZ LE MONDE !
Au début 2014, je vais sortir un nouvel ouvrage inédit, dans la veine de mes biographies. Sinon, je prépare la nouvelle enquête du Capitaine Verjat. Ce sera la cinquième aventure de cet enquêteur flegmatique.

Lip : Merci beaucoup Valéry pour avoir pris le temps de répondre à nos quelques questions.

Bibliographie de Valéry Coquant

Vous pourrez retrouver l’ensemble de sa bibliographie ci-dessous dans les meilleures librairies.

Aux Editions France Empire :

  • Romain Gary. L’homme face à l’action (biographie/essai)

Aux Editions Saint Martin :

  • Changez le monde ! (roman)
  • Tous les possibles (roman)
  • La clandestine (nouvelles)
  • Les Météores. Gary, Onassis, Citroen. 3 destins au-delà de la fiction (essai)

Les enquêtes de Verjat :

  • Verjat et l’affaire JC (roman)
  • Les médiocres (roman)
  • Reine d’argent (roman)
  • Hôtel de France (roman)

Que pensez vous de cette interview et de cet écrivain ? Vous a t-on donné l’envie de découvrir les enquêtes du capitaine Vergat qui porte fièrement des Lip ? Laissez nous un commentaire ci-dessous.

 

 

Share