Isabelle Hebey designer pour Lip
Parmi les grands designers des années 1970 ayant participé à la renaissance de Lip, il est un nom qu’il convient de mentionner dans tous les livres d’histoire, celui d’Isabelle Hebey. Avant sa mort en 1996, elle avait déclaré qu’elle ne laisserait rien d’inachevé et qu’aucune aspiration ne serait insatisfaite. Nous pouvons dire rétrospectivement qu’elle avait les moyens d’accéder à cette ambition. Designer et décoratrice internationalement reconnue par tous, on ne compte plus le nombre de ses prestigieux clients ou les titres honorifiques que ses réalisations lui ont apporté. À l’instar de Roger Tallon, Isabelle Hebey était capable de s’adonner à toutes sortes de disciplines stylistiques avec succès dont la création d’une sublime collection de montres Lip pour femme en 1976.

Ambition et détermination d’Isabelle Hebey

« Elle avait une telle vigueur et une telle discipline, j’ai un salon immense rempli d’art qui n’était pas mis en valeur. Isabelle a designé une vitre pivotante qui divise la pièce et m’a donné en plus un espace d’accrochage. »
Yves St Laurent

Née en 1935 à Paris dans une famille conservatrice, Isabelle Hebey n’était pas particulièrement destinée au design. La jeune femme a fait ses études en philosophie et en psychologie avant de se tourner vers l’art à l’école du Louvre.

Comme vous le constatez pas d’école de design dans le cursus de cette créatrice qui deviendra pourtant un grand nom du design. En effet il n’y avait pas encore d’études ou de formation dédiée puisque la formule pédagogique dédiée au design et au métier de designer a été instaurée en 1963 par Roger Tallon, père du design industriel français.

Isabelle commence véritablement sa carrière à Paris dans les années 1950 en créant tout ce que l’on peut imaginer. Son talent lui permettra de faire la rencontre des plus grands créateurs comme Yves St Laurent mais aussi des personnalités les plus en vue de l’époque comme Sofia Lauren et d’asseoir ainsi une solide réputation dans le métier.

En fait la détermination d’Isabelle Hebey s’exprimera jusqu’à la fin de sa vie puisqu’elle ira jusqu’à choisir son propre cercueil et à organiser ses propres funérailles. Un détail qui peut paraître mortifère mais qui souligne une fois de plus sa force et sa détermination à ne rien laisser inachevé; elle travaille d’ailleurs avec cette devise « Si je meurs le plan dit tout ».

Clara Saint qui faisait également partie du cercle d’Yves Saint-Laurent se souvient d’Isabelle comme d’une personne assez autoritaire très précise méthodique et adorable.

Décoratrice, architecte d’intérieur, fonctionnaliste, designer… internationalement reconnue

Le grand couturier Yves Saint Laurent posant devant sa boutique desinnée par Isabelle Hebey

Yves St Laurent devant une boutique décorée par Isabelle

Il est étrange de nos jours de ne pas voir le nom d’Isabelle Hebey mentionné bien plus souvent. Sa contribution au monde du design et de la décoration sont en effet immense. Comme nous l’avons vu plus haut Isabelle visait l’excellence et osait l’originalité et c’est sans doute ce qui lui conféra le succès que l’on connaît aujourd’hui.

Beaucoup connaissent Isabelle, la décoratrice ou architecte d’intérieur. Il faut dire qu’entre 1960 et 1993 elle décore plus de 500 propriétés privées ainsi que des appartements dans le monde entier. Dans ce domaine, Isabelle a un client tout particulier dont le nom résonne encore aujourd’hui dans le monde de la création et la haute couture, Yves Saint Laurent. Ce dernier lui confia la création de son magasin Rive Gauche en 1966, rue de Tournon à Paris.  L’architecture d’intérieur de cette première boutique de prêt à porter d’un grand couturier et la décoration  d’intérieur de quelques unes de ses propriétés personnelles participeront bien entendu à sa notoriété. Notoriété qui sera encore renforcée par de nombreuses récompenses dont le prix du magasin le mieux décoré de New York en 1974 ou encore le premier prix du meilleur magasin de Paris en 1987.

Voici ce que Hedi Slimane, le photographe et couturier français qui fit également ses études à l’école du Louvre au sujet d’Isabelle Hebey dans une interview accordée au magazine Vogue en 2012. ‘’le concept architectural d’Isabelle Hebey se démarquait ainsi du ton de la couture et de sa clientèle compassée. Cette nouvelle ligne semblait volontairement essentielle, engagée, et instinctivement dans son époque.’’

Fauteuil Beaubourg

Fauteuil « Beaubourg »

En matière d’intérieur, l’idée d’Isabelle était claire, rompre avec le conformisme et la décoration lourde traditionnelle française. On leur reproche même à côté spartiate est trop radical dans sa décoration même s’il avoue être elle-même « une désordonnée corrigée »,
une personne désordonnée qui avait trouvé la lumière.

Ce combat pour la modernité qu’elle quel mènera toute sa vie avec opiniâtreté lui laisse tout de même un goût amer. Voici ce qu’elle écrit en 1965 à ce sujet : « il semblerait que nous soyons enfermé pour l’éternité dans un cercle vicieux commercial » « les designers ne design plus parce qu’il n’y a plus d’audience il n’y a plus d’audience parce qu’il n’y a plus de designers. Il est impossible et ridicule de ne pas s’apercevoir du désintéressement pour les arts décoratifs vivants c’est 20 dernières années » Hebay ajoute à la fin « le loup est dans la bergerie »

Intérieru du Concorde par Isabelle Hebey

Intérieur du Concorde

Bien entendu son talent ne se limitait pas à la décoration des grandes boutiques et des intérieurs des grands de ce monde. Elle était aussi un designer émérite. On lui doit notamment le design d’intérieur de l’Airbus en 1971 et du Concorde en 1972. Les amateurs d’automobile japonaise le savent peut-être déjà mais elle est également responsable du design de la voiture Honda « Accord », d’une moto ainsi que du logo de la société.

Elle est également responsable d’une ligne de mobilier appelé Beaubourg, une véritable code à la modernité.

Collection de montres Lip par Isabelle Hebey

Si les designers des années 1970 étaient de bonnes fées s’étant penchées sur le berceau des montres Lip, Isabelle en ferait définitivement partie. Elle était en effet parmi les sept grands designers de l’époque ayant été choisis pour faire renaître la marque de ses cendres par Claude Neuschwander alors aux commandes de la manufacture horlogère.
C’est ainsi que nous lui devons en 1976 une série de modèles de montres pour femme, soit environ huit montres. Pour mémoire toutes ces montres étaient équipées du fameux mouvement Lip T13.

La première série est constituée de quatre montres rectangulaires verticale avec un petit décrochement à l’emplacement de la couronne. Au centre il y a un verre qui épouse la forme du cadran dont la couleur est harmonisée avec celle de la boîte. La deuxième série est également rectangulaire composée de quatre montres cette fois-ci à l’horizontal dont la particularité est de posséder des attaches articulées qui tiennent un bracelet relativement large pour l’époque. Les montres de cette série possèdent également un verre légèrement excentré. Pour les deux séries nous retrouvons deux types de finition : chromée ou plaquée or (à l’exception de la deuxième série qui possède également un modèle en chromé mat).

Echantillon de montres Lip par Isabelle Hebey

Isabelle Hebey laissera à jamais une empreinte très importantes dans le monde de la décoration et du design. Elle était une grande dame de caractère qui à l’instar de Roger Tallon possédait un esprit précurseur, avant-gardiste, moderniste. Son courage et sa détermination ont influencé notre perspective du design pendant de nombreuses décennies et l’influenceront encore très longtemps. Aussi cette pionnière de la stylistique restera à jamais une figure emblématique de l’histoire de la marque Lip. Ces montres aujourd’hui vintages sont recherchées par les collectionneurs.

Connaissiez vous cette designer ? Comment trouver vous ces modèles d’époque ? Seriez vous intéressé par une réédition ?

Share